Comparer-Tout.net: Annuaire de site

Florence, ville d’art

peinture-abstraite-moderne.fr

Florence est une ville qui a toujours favorisé l’art, et possède nombre de peinture moderne.
Que de souvenirs éveille ce nom de Florence ! Les plus beaux lieux du monde rappelant à chaque pas les événements les plus émouvants et les noms les plus célèbres; les premiers essais de la civilisation moderne, et ce que le génie a produit de plus par fait : Cimabue et Michel-Ange, Dante et Boccace, Masaccio et Léonard de Vinci, Giotto et Raphaël, Maso de Finiguerra et B. Cellini, Donatello et Bandinelli; les plus grandes illustrations dans le monde politique et le monde savant: Machiavel et Amérigo Vespucci, qui a donné son nom au nouveau monde; Galilée, qui a découvert les lois qui font mouvoir la terre; Guicciardini, qui a écrit l’histoire des peuples ! En arrivant par les hauteurs qui dominent la porte de Rome, la vallée de l’Arno offre un des plus ravissants aspects qui puissent charmer la vue; il semble que la fertilité et la paix, cet âge d’or du poète, doivent éternellement régner en de si beaux lieux, chez un peuple gouverné comme une famille par des princes dont la bonté est traditionnelle.
L’aspect de Florence et de ses environs réalise, et au delà, les plus beaux rêves qu’elle ait jamais inspirés. Mais, quand on entre dans la ville, les impressions changent: ce n’est plus le présent qui occupe l’imagination, c’est le passé. Chaque pas éveille un souvenir, chaque monument rappelle une de ces scènes de vertus, de vices, d’héroïsme ou de lâcheté dont les dramatiques annales de la vieille république sont remplies. Comme j ne rédige pas la description d’un voyage, je me bornerai à un seul exemple : Arrêtons-nous sur la place du Duomo : d’un côté le Baptistère, dont les portes en bronze, sculptées par Ghiberti, sont une des merveilles du quinzième siècle; de l’autre côté la cathédrale, dont la façade barbouillée de grisailles rappelle l’alliance des Médicis avec la famille princière de Bavière (1618); son Dôme, construit par Brunelleschi, a servi de modèle à celui de Saint-Pierre de Rome, qu’il surpasse en hauteur; le campanile élevé par Giotto, et au pied duquel on voit encore la pierre sur laquelle Dante venait s’asseoir pour méditer sur l’Enfer et le Purgatoire, en contemplant le Dôme. C’est sur l’espace entre le Dôme et le Baptistère que Savonarole éleva les bûchers qui consumèrent les chefs-d’œuvre de l’art profane et que Savonarole lui-même fut brûlé, par ordre du pape Alexandre VI. Voilà quelques-uns des monuments qu’offre cette place, et des souvenirs des scènes populaires qui s’y sont passées. Beaucoup d’édifices, galerie de peinture, événements, rappellent que Florence est une ville d’artistes.
A peu de distance en arrière du Baptistère se trouve l’église de San Lorenzo, où sont les tombeaux des Médicis que Brunelleschi, Donatello, Verrochio et Michel-Ange ont contribué à élever ou à embellir.

 

1 comment to Florence, ville d’art

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>